Une femme bien dans son vin !
15 septembre 2019

Derrière chaque vin, il y a des hommes… et des femmes ! Corinne Chevrier Loriaudaurait pu ne jamais être viticultrice. Aujourd’hui, elle ne s’imagine plus faire autre chose de sa vie que de gérer son Château Bel-Air la Royère !

Le vin comme un retour aux sources

Du vin, Corinne Chevrier Loriaud en a de doux souvenirs depuis son enfance, normal pour une fille de vigneron (de la région du Cognac en Charente) : « Je me souviens des dimanches, le midi, avec poulet-frites et une bouteille de vin de Bordeaux à table ! J’ai ainsi goûté au vin dès mes 10 ans, en famille ». Mais rien ou presque ne la prédestinait à travailler dans le vin. Elle avait embrassé une toute autre carrière : des études commerciales, pour finalement devenir … professeur en lycée agricole. « J’avais envie d’être mère de famille et d’avoir plein d’enfants, je ne pensais pas devenir vigneronne ! ». Mais les aléas de la vie l’ont amenée à acheter une propriété en Gironde, du côté de Blaye. Elle qui enfant « ne voyait que les aspects difficiles de ce métier, c’était toujours en négatif », s’est finalement laissée séduire par cette profession.

Corinne-Chevrier-Loriaud-Bel-Air-Royere

Une féminité toujours présente

Elle trouve vite sa place dans cet univers, certes masculin mais où les femmes ont toujours été présentes. « Cela fait très longtemps que les femmes travaillent dans les vignes. Il y a souvent des couples en viticulture, avec certes les hommes mis en avant, mais les femmes en font tout autant. ». Celles-ci gèrent souvent le côté administratif, la vente, un travail qui convient parfaitement à la viticultrice qui a effectué des études de commerce. Femme avant tout, elle exprime dans le chai sa touche de féminité, et se fie à son goût personnel pour arriver à un vin satisfaisant, « car il est plus facile de vendre quelque chose que l’on aime soi-même». Corinne Chevrier Loriaud reconnaît aisément l’aspect difficile de ce métier, avec ses temps calmes (« L’hiver, je suis une marmotte ! ») et ses temps où l’angoisse demeure (« du printemps jusqu’à la récolte »), mais elle ne s’imagine pas faire autre chose. Cela ne l’a d’ailleurs pas empêchée de devenir mère de quatre enfants comme elle aspirait à le devenir, preuve que les défis inhérents au métier de viticultrice ne sont pas un frein à l’expression de la féminité !

Retrouvez Corinne en vidéo (ci-dessous) et sur Blaye Friday avec une recette dédiée !

Côtes de Bordeaux

Avez-vous l'âge légal pour la consommation d'alcool dans votre pays de résidence ?

Non Oui

Vous ne pouvez pas accéder à ce site.